Rapport de diplôme
Le projet
Un Artiste Qui Vous Veut Du Bien
Remettre en question la société occidentale moderne dans ce qui est le plus indicible, à travers la Guerre contre la terreur, qui a démarré le 11 septembre 2001, tel est le but de ce site, ayant pour ambition de se battre contre une méthode déshumanisante et dégradante pour l'être humain, qu'il s'agisse de terroristes ou non. La torture par la musique (employée telle qu'elle est aujourd'hui par l'occident, et en particulier les États-Unis, à Guantánamo ou dans ses prisons secrètes militaires) est une méthode de torture certes ancestrale mais surtout inhumaine qui valide le fait que les sociétés se battant contre le terrorisme islamiste sont plus retors que les terroristes eux-mêmes. La "guerre contre la terreur" est le combat engagé aujourd'hui des États-Unis contre le terrorisme. Il a engendré entre autres l'apparition des forces armées américaines en Irak. C'est au début des années 2000 qu'ont été révélées les méthodes de la CIA pour interroger les hommes emprisonnés pour possibleengagement dans le terrorisme : dont, entre autres, la torture par la musique.
On parle ici d'un bien culturel, le quatrième art, conçu par des artistes, défendant des idéaux, ayant eu ou pas une intention artistique lors de la création de leur musique, détourné de son but initial, et de son statut d’œuvre. On parle de culture volée au nom d'un conflit qui s'engage contre des hommes cruels, mais qui du même coup place la civilisation occidentale engagée dedans au même niveau (sinon pire), que les présumés terroristes.
Ce site a pour but de réveiller les consciences.
Car il s'agit de torture exercée sur des hommes qui la plupart du temps sont innocents. Car il s'agit tout simplement de torture.
La musique est déshumanisée dans un but inhumain.

Mais la torture par la musique, c'est quoi? Me direz-vous.
On enferme un homme, seul, dans une position idéalement inconfortable, puis on allume la musique. Très fort. Pendant parfois 72h. Ça ressemble un peu à Orange Mécanique, sauf que c'est dans la vie réelle. Aucune possibilité pour le détenu d'y échapper, de s'y soustraire, ou de se réfugier en lui pour s'en remettre, car la musique forte c'est du bruit, une énergie acoustique qui bouffe tout : la personnalité, l'intimité, le statut d'être humain. Alors l'interrogateur devient un être salvateur, alors même que c'est lui qui est la cause de ce désastre psychologique.

Ce site, c'est un coup de gueule contre la blogosphère qui a traité le sujet à la légère. Un coup de gueule personnel pour moi qui suis passionnée de musique, et qui dans le fond aime aussi l'être humain, malgré ce qu'il peut faire de pire et de meilleur. Le terrorisme est évidemment un problème. Mais sommes-nous vraiment habilités à juger de leurs actes, alors même que chez nous, le son, la musique, servent à gérer l'être humain en milieu urbain hygiéniquement? (Juliette Volcler, Le son comme arme, les usages policiers et militaires du son) Quelle ironie, n'est-ce pas, de penser que nos dirigeants politiques cherchent à nous rendre dociles et obéissants, un peu comme les terroristes ont été formatés?

Il est temps de reprendre le combat, aux côtés de Reprieve et tant d'autres. Car à Guantánamo ou ailleurs, le problème est toujours d'actualité. Ce projet est artistique, il rassemble de nombreuses sources d'informations (vidéos, conférences...) entrecoupées de chansons utilisées dans la playlist de la CIA, mais aussi de dessins qui reprennent des acteurs (ou pas) de ce combat contre la terreur. Un travail punk moderne, où des photographies retravaillées en bichromie afin de faire ressortir une couleur contraire à ses intentions vont être sabotées par un dessin de presse immédiat, brut, violent, qui va apporter un cynisme grinçant qui ne manifeste autre que ma colère sur le sujet.

Bonne lecture

Images :

1 - Orange Mécanique, Stanley Kubrick

2 - Barney le dinosaure

3 - James Hetfield, guitariste de Metallica

4 - Vierge de fer

5 - Trent Reznor, chanteur de Nine Inch Nails

6 - Georges Bush, ancien président des États-Unis

7 - Clive Stafford Smith, avocat et président de l'association Reprieve

8 - Binyam Mohamed, ancien détenu de Guantánamo
9 - la Maison Blanche

10 - Howard Knopf, avocat

11 - Prison de Bagram

12 - Prison de Guantánamo

13 - Logo d'Itunes

 

Retour à la page principale Me contacter