SYMBOLISME

COLLAGE

Je m'intéresse à la force esthétique du symbolisme, au pouvoir de certaines images sur l'inconscient, comme l'a théorisé Jodorowsky. Certains films jouent de manière évidente sur la signification de l'image, créant ainsi un double ou triple sens de lecture en fonction du cadrage, de la lumière, des transitions. Dans "La dansa de la realidad", le symbolisme est tellement présent qu'il m'a presque dérangé à certains moments, bien que je sois très admirative de l'univers esthétique, à la fois surréaliste, absurde, et poétique de ce film. Les images religieuses, iconiques, m'ont longtemps fascinée, et je cherche dans mon travail cette relation au divin, au sacré, qui n'est pas pour moi uniquement religieuse. Dans mes éditions artisanales réalisées en première année, aussi personnelles qu'énigmatiques, je cherchais à retranscrire une absurdité que je trouvais omniprésente, et ce à travers des petites narrations métaphoriques et symboliques. L'idée du rite initiatique, très présent encore une fois chez Jodorowsky comme dans le film "El topo", se retrouve dans les histoires que j'ai décliné, en passant par la naissance, la confrontation au monde, la recherche du plaisir, celle de la spiritualité, l'élévation, ou la chute. Ce sont de petits formats, comme des secrets, d'une esthétique embrouillée et obscure. Superposition d'images, texte incrusté, caché, repassé par le dessin ou le tampon, réutilisation d'anciens travaux, découpés, rassemblées, comme matière de fond, même les mots sont matière à expérimentation, pas toujours de moi : hommages, références, paroles écoutées sur le moment, bien loin des narrations traditionnelles. Personnages-symboles, souvent sans visage, ou n'ayant qu'un œil, ou qu'une bouche, dessin très simplifié sur un fond vibrant, sans perspective, ce qui rappelle les illustrations médiévales, les images religieuses, ou encore l'esthétique du tarot.