HUMOUR

Quelque chose rit dans l'impuissance, dans l'adversité, et je trouve ça beau. Quelque chose qui se moque et qui surpasse avec le rire la bêtise médiocre, la peur idiote, et la mort inutile. Dans La Chute de Camus je lis de la détresse de la dérision, dans La Promesse de l'aube Gary, l'ironie de la poésie, dans la pièce "Art" de Yasmina Reza l'amour dans le cynisme. J'ai l'impression de ne pouvoir rire légèrement que de gravité. Les jeux d'humour je les retrouve dans une violence de propos, décalés et parfois extrêmes, exagérés, des propos sombres, violents avec dérision, cruels avec un sourire aux lèvres. Mes personnages sont souvent risibles parce qu'il se retrouvent dans des situations misérables qu'ils ne comprennent pas, et auxquelles ils ne voient pas d'échappatoire, alors que celle-ci se trouve parfois au bout de leur nez, un orgasme par exemple peut régler momentanément des névroses, j'en ai fait l'expérience. Alors l'absurde, autre parent du rire, montre tout le comique du tragique, et c'est ce rire là, le rire jaune, que je recherche finalement. Rappeler au lecteur, au spectateur, qu'il est lui-même au sein de l'absurde, qu'il se raccroche lui aussi à des prises ridicules, fragiles, contestables, pour tenir debout. Dans mon cas, cette prise est le travail artistique, que je place au-dessus de tout, et le décalage entre mes attentes et la réalité de mes oeuvres me fait souvent sourire de honte et de compassion. Je préfère rire de mes travers, du travers des gens, plutôt que d'en pleurer, car l'absurde mène autant à l'un qu'à l'autre. Je ne sais pas rire de choses simples, il faut de la folie où du désespoir pour mes rictus, il faut de l'inquiétude, pour que je rigole face à la bêtise sidérale, à la folie monumentale, à l'absurdité totale qu'on croise tout les jours, sur internet, dans les conversations écoutées d'une oreille, dans les débats interminables, dans la tristesse des fous, et l'insouciance, le manque de conscience, de ceux qui se pensent sains, et en son propre sein, ô combien de pensées cons, de réactions anormales, de prises de tête infernales, et si risible, je porte en moi. J'ai l'humour méchant, peut-être, noir, c'est certain, oui, mais c'est le mien, et j'en suis la première comédienne, le premier clown, la farce quotidienne, l'inspiration journalière, alors j'y tiens.

PEUR

FOLIE

HUMAINS

IMPERTINENCE

INTENSITÉ