COULEUR

MATIÈRE

J'adore la couleur. On ne dirait pas, comme ça, mais j'adore la couleur, surtout les couleurs chaudes. Ça brûle, ça chante. Une amie m'avait dit un jour, tu es violette, un peu pourpre. J'aurais préféré être rouge bordeaux, alléchante comme un bon cru, mais non, j'ai la couleur d'une fleur et d'un poison. Depuis, je cherche, moi aussi, la couleur des gens, leurs nuances de ton. Quand je peins, je ne peins plus leurs traits, mais leur chaleur. J'aimerai être une vraie sorcière, et voler leur âme sur du carton. Encore une fois, mes inspirations colombiennes reviennent au galop quand je pense à la couleur. Le pays pour commencer, avec le vert de ses montagnes, de sa végétation incroyable, qui contraste avec les jaunes, oranges, rouges qui se trouvent dans les fleurs, les fruits, les oiseaux. Le bleu pétillant de la mer qui rappelle celui du ciel, la blancheur du sable et des rochers de montagne. Je lis Garcia Marquez comme on regarde un Arc en Ciel, et les peintures de Diego Rivera, de Frida Kahlo, de Gauguin, bien que l'exotisme ne soit pas le même, n'y sont pas pour rien. J'ai délaissé ce travail de la couleur il y a bientôt un an, je la retrouve en travaillant le collage à partir d'anciens travaux, et elle me manque. Les tons chauds surtout que j'utilise avec grand plaisir, le rouge, par-dessus tout. Peut-être un rouge un peu bordeaux.