<
LE CORPS Le corps, c’est notre enveloppe, notre siège des fonctions physiologiques. C’est ce qui nous définit en tant qu’enveloppe corporelle et en tant qu’être humain au sein de la société. Il est notre outil au quotidien, notre outil de travail, de rencontre, de créations, d’énergie, de vie. Le corps est d’une variété infinie, poilu, lisse, écailleuse sec, ondulé, rond, maigre, mou, dur, piquant, doux… C’est une profusion de matières et de formes. La vision que l’on a d’un corps peut être complètement modifiée en fonction de l’espace dans lequel il se trouve. Un corps nu dans un champ dira autre chose qu’un corps nu dans une chambre. Chacune de mes réalisations s’intéresse à la figure humaine de façon formelle ou spirituelle, ainsi qu’à la place que le corps prend dans l’espace et à l’espace du corps. Le corps dans l’espace peut être représenté de différentes façons. Dans beaucoup de mes illustrations j’aime représenter les courbes du corps humain. Souvent ce sont des corps tordus, cambrés, je les trouve harmonieux. On peut parfois avoir du mal à comprendre ce qui est représenté mais cette obscurité que je trouve intéressante. Un corps humain peut se transformer en un tronc d’arbre ou un corps animal. Des artistes comme Cleon Peterson ou Para jouent avec les courbes de corps suggéré par des arrondis et des contours parfois dissimulé. Ils mettent en scène un réel corps à corps, partagé entre l’étreinte et le combat. J’aime dessiner des personnages. J’invente d’abord des visages, j’essaye des expressions, puis je les mets en scène dans des situations, des lieux, des intrigues que j’invente ou que je pioche à droite à gauche. Mes carnets sont emplis des personnes qui m’entourent mais également de personnages que j’invente, qu’elles m’ont inspirées. J’utilise la plupart du temps un seul personnage principal autour duquel j’en fais graviter d’autres, souvent avec des liens familiaux ou amicaux. C’est également à travers ma représentation du corps que je recherche mon identité graphique. Le corps dans l’art est représenté de multiples façons. Et je m’interroge donc sur ma propre vision de celui-ci. Comment ai-je envie de le représenter ? Quelle particularité aurait-il ? Avant tout un corps est une masse, il se déforme en fonction de ses mouvements, il n’est jamais statique et je prends du plaisir à le dessiner. Cependant, la plupart du temps je dessine des personnages statiques par un certain manque de technique mais l’envie de tenter de représenter des corps en mouvement ne manque pas. J’utilise alors des moyens graphiques autres comme l’encre de chine, la peinture et m’amuse à les suggérer de façon abstraite et le résultat est intriguant. Je réalise actuellement une animation dans laquelle je modifie une forme. Elle passe de flaque à un enfant à un arbre, tout ce qui les relie c’est cette matière de crayon gras. Ce que je trouve également intéressant dans le corps c’est qu’on peut en voir partout, il apparait dans des réalisations abstraites. Il est composé de forme et est souvent stylisé ou simplifier. Alors beaucoup de formes peuvent être assimilé à un corps humain. Un trait peut être une jambe, un bras, un rond peut représenter un sein ou une tête. Je pense au mouvement cubiste avec des artistes comme Picasso ou Kandinsky qui utilisent des formes carré principalement pour créer des corps étranges sortants des codes de représentations classique mais qui du coup proposent et procurent de nouvelles visions de celui-ci. Aujourd’hui un artiste comme Klaus Kampert utilisera un processus contraire. Il prend en photo des corps nu de femme en noir et blanc dans des positions de sorte qu’on ne voit plus un corps mais plutôt une masse abstraite. Le résultat est je trouve très séduisant.