<
LE COLLAGE Décomposer puis recomposer, déformer, découper, j’aime utiliser le collage dans ma pratique artistique. Le collage est une pratique que beaucoup d’artistes ont utilisé et expérimenté comme Picasso, les surréalistes, Matisse, les artistes du mouvement dada ou encore celui du pop art. Ils découpent des éléments figuratifs ou abstraits et les assemblent pour reconstruire une image et raconter une nouvelle histoire. Aujourd’hui des artistes comme Sarah Eiseinlohr utilisent le collage pour décrire des scènes surréalistes. Créant des jeux d’échelle, elle s’amuse à imaginer des personnages géants dans des mondes trop étroits, aux phénomènes surnaturels ou des situations impossibles. C’est un visuel qui m’attire mais je préfère découper des papiers unis de couleur pour créer mes propres personnages et mes propres éléments de paysage, comme Matisse le fais avec ses corps bleus et ses motifs de plantes. Les papiers multiples qu’on peut trouver dans le commerce aujourd’hui permettent de larges possibilités, de s’amuser avec des textures. Dans une série de planche que j’ai réalisée récemment, j’ai utilisé également du tissu ainsi que du feutre afin de dessiner par-dessus le collage. J’aime mélanger les matières et que les regardants s’interroge sur ton processus créatif. Pour le coup le résultat m’a plus. J’utilise le collage comme un moyen d’approcher la couleur, qui me fait peur d’une certaine manière. La couleur est pour moi une prise de risque plus que le noir et blanc car il amène de nouvelle question quant au visuel et à l’ambiance qu’on veut créer. Il y a certes beaucoup de nuances de gris mais encore plus de nuances en couleur et il n’est pas toujours facile de réaliser ce qu’on a en tête même si c’est intéressant également Le plus souvent je travaille en noir et blanc et ne sort pas toujours de ma zone de confort même si je m’y contrains de plus en plus. Le collage c’est comme un crayon à papier coloré. Je fais des essais de superposition, je déplace, j’enlève, j’ajoute, jusqu’à obtenir le bon résultat, puis je colle. C’est une sorte de sécurité. Et le résultat est toujours assez surprenant. Il y a un rendu assez surréaliste et maladroit qu’on ne retrouve pas en dessin.