La malice des ouvrages laissés trop longtemps seuls