<

<

paysages

Cette forme se dessine au loin

une ligne qui sépare la Terre du ciel

elle se remplit d’aplats et de couleurs

une autre ligne se dessine entre mes yeux et la première

encore une

et une nouvelle

et ainsi de suite

il y en a tellement

elles se chevauchent

passant l’une au dessus de l’autre, en cachant d’autres

plus elles se rapprochent

plus celles du fond se fondent

se solidifient

je sais qu’elles ne bougerons plus jamais

elles se teintent d’un bleu estompé

comme si un fin et imperceptible rideau de brume nous séparaient

la lumière passe à travers

joue avec les formes des nuages

 

Les lignes se rapprochent encore

jusqu’à dessiner les objets les plus proches de mes yeux

un arbre

une brindille

un insecte

jusqu’à encercler mes yeux de leurs lunettes teintées

et à signifier, non plus par des lignes mais maintenant des formes que je ne pourrai pas reproduire, le vif mouvement de paupières qui se referment

la forme flou des cils sur ces paupière

la lumière rouge lorsque mes yeux se ferment

les points aux bords estompés lorsque je les serrent

 

Au delà de ce point

la ligne ne se dessine plus aussi clairement que devant moi

et pourtant c’est là

les paysages

les scènes

les personnages

la faune et la flore

que je n’ai jamais vu

 

Tous cela sort difficilement de mes mains

les couleurs ne sont pas toujours les bonnes

et les formes non plus

comme si elles n’existaient pas vraiment dans le monde de mes mains et de mes yeux

ou pas tout à fait.

 

Tout se fait évaporer par la lumière lorsque mes paupières s’ouvrent à nouveau.

Et je m’intéresse à d’autres formes

elles sont plus lointaines

si loin que nos yeux nus ne peuvent les voir

seuls certains télescopes ou capteurs nous permettent de les détecter dans l’immensité de

l’espace en expansion

de nombreuses traces et images témoignent de leurs présences

planètes

étoiles

nébuleuses

nuages de gaz

météores

trous noirs

mais lorsqu’il faut observer plus loin

c’est comme au delà du point entre les yeux fermés

cela devient flou

imprécis

 

Alors on imagine

selon les pistes que l’on possède

on essai de se représenter ce qui peut se trouver au delà de ce qu’on a pu découvrir jusqu’à présent

Est ce que pour les astrophysicien.nes aussi cela sort difficilement de leurs mains ?

les couleurs et les formes sont-elles les bonnes ?

ont-ils eux aussi l’impression que ce qu’ils cherchent n’existe pas tout à fait dans le même monde que leurs mains ou leurs yeux ?

<

<