K

I

T

1

2

3

Fig.1

Michael Thonet, chaise n°14, 1959.

 

Fig.2

Charles & Ray Eames, Eames Storage Unit ESU, 1949, distribution Vitra.

 

Fig.3

Burno Munari, Plus et moins, 1970, Corraini.

 

 

 

 

 

K

Le kit est un ensemble d’éléments constitutifs d’un objet qui sont prêts à être assemblés. Ce qui me plaît dans l’idée du kit c’est sa globalité et sa pluralité d’éléments qui le constitue. Quand nous faisons face à un kit nous avons :

le bout de papier à ne surtout pas perdre :

la notice ou mode d’emploi.

Il explique succinctement dans un ordre précis les différentes étapes à suivre. Il est généralement pédagogique et constitué de schémas et d’annotations. Il a pour but de faciliter l’utilisation ou bien le montage d’un objet.

Les morceaux.

C’est maintenant le temps de mettre la main à la pâte, de manipuler tous ces éléments pour arriver à ce qu’indique la dernière page du mode d’emploi. On manipule, on essaye, on visse, on tourne, on découpe, on colle, on assemble, on joue, on malaxe, on arrange et on mélange. Tout en essayant de suivre ou non ce que nous conseille la notice.

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans beaucoup de mes travaux, je reprends ce procédé. Déjà dans la forme, j’essaye de créer un tout, un ensemble. Comment plusieurs composants peuvent se retrouver ensemble et former une entièreté ?

J’aime penser à l’emballage, à ce que l’on va trouver dedans, au bout de papier sur lequel il y a une consigne puis enfin l’objet sur lequel la personne doit intervenir.

Le plus important dans le kit c’est la manipulation et l’autoconstruction. Quand on reçoit un kit, il nous offre le point de départ mais l’arrivée n’est jamais certaine ni globale. À chaque manipulation c’est un tout autre objet qui en ressort.