G

R

È

1

2

Fig.1

Tom Morris, New Wave Clay, 2018, Frame.

 

Fig.2

Vase de Lublé, 3e millénaire av J.‑C., Europe.

 

 

Claude Presset, 1001 bols, 2017, Silvana Editoriale.

 

S

G

Je me suis tournée vers la céramique pour découvrir un matériau et aussi pour apprendre à concevoir un objet.

La terre que je préfère travailler est le grès. Contrairement à la faïence, il est vitrifié dans la masse, ce qui veut dire qu’après cuisson il est imperméable sans avoir besoin de l’émailler. Le grès a aussi un aspect brut surtout quand celui-ci est chamotté. Une terre chamottée est une terre avec des grains, ils peuvent être plus ou moins gros. La chamotte apporte un côté brut, comme de la terre un peu souillée. Le plus souvent j’utilise la technique de la plaque ou bien du colombin.

Monter une pièce à la plaque c’est d’abord de faire des plaques fines de terre et ensuite venir les souder entre elles.

La technique du colombin c’est faire des boudins de terre et les superposer afin de créer un volume.

Soit j’exploite la couleur de la terre, soit je viens la colorer. Pour ce faire, je réalise des engobes vitreux. C’est une recette de terre liquide et d’émail à laquelle j’ajoute des colorants de masse.

Jusqu’à présent toutes mes productions sont des déclinaisons de formes et fonctionnent en série.

 

 

 

Graal où es-tu ? est mon dernier projet en céramique. Il est en cours de production. Je me questionne sur la fameuse coupe disparue.

Pour ce projet, c’est à nouveau une déclinaison de formes, plus particulièrement une déclinaison de formes de la coupe.

Je joue avec la disposition des anses, l’échelle des pieds, et la taille du corps. Je viens lisser quelques surfaces mais laisse visible certains colombins.

Je ne cherche pas à ce que les objets soient ergonomiques. Après la première cuisson je viendrai engober toutes les pièces avec un engobe violet très intense. Je l’applique très épais avec un pulvérisateur qui me permet d’obtenir visuellement un aspect velours, mais au toucher un aspect rugueux. à l’intérieur des coupes je viens appliquer grossièrement un émail épais et laiteux. Les pièces repasseront au four et je viendrai appliquer de l’or en petite quantité sur certaines surfaces. Pour finir, avec un crayon à oxyde, je viendrai inscrire sous chaque coupe le nom d’un apôtre.