F

O

R

1

2

Fig.1

Naoto Fukasawa, Chair, 2007, édition

 limitée Vitra.

 

Fig.2

Grégoire Scalabre, Céramique : répertoire

de formes, 2017, Eyrolles.

 

 

Michel Lorblanchet, Les Origines de l’art, 2017, édition Le Pommier.

 

Extrait de TDC, Le Design, n° 564/565, 1990.

 

 

 

 

 

M

E

F

Il y a deux millions d’années, les hommes ont réalisé les premières formes géométriques.

L’homme a conçu l’idée de la sphère et a tenté de la matérialiser en taillant dans la pierre. Cette forme est appelée la bola.

Par la suite, à mesure d’estomper les arêtes, et grâce au schéma mental de la sphère, un objet symétrique par rapport à un point central a donc été créé. C’est alors la première symétrie réalisée par l’homme au cours de son histoire.(S)

J’apprécie l’étude de la forme. Surtout quand il s’agit de la décliner. Je peux colorer, empiler, décorer, combiner, greffer, fragmenter, gonfler, épurer, simplifier, cacher, minimiser, augmenter, agrandir, étendre, trouer, ou même superposer.

Lorsque je dessine quelque chose, la forme est plus importante que l’objet en lui-même. Le représenter sous une forme qui permettrais de le reconnaître m’apporte peu. Selon moi la forme tracée doit s’accorder avec le reste de la composition en priorité avant de pouvoir être reconnaissable.

Face à un objet palpable je pense être plus sensible à son aspect qu’à son utilisation.

Mais alors privilégierais-je l’esthétique d’un objet à sa fonction ?

En architecture, à la fin du XIXe, « la forme suit la fonction », d’après Louis Sullivan à l’École de Chicago.

 

Au même moment, en Autriche, Adolf Loos publiait Ornement et crime où il combattait l’ornementation au profit de la lecture claire de la fonction de la forme.

Peu après Walter Gropius fonda l’école du Bauhaus, qui fut ensuite dirigée par Hannes Meyer et Ludwig Mies van der Rohe, qui d’après ce dernier « less is more».

L’union des artistes modernes hérite du Bauhaus et exploite alors les nouvelles possibilités offertes par les matériaux et l’industrie. Le modernisme n’est pas un mouvement mais une philosophie qui découle un sens esthétique et des valeurs communes. Les formes sont simples, non décorées, aux finitions lisses et surtout, la fonction prédomine la forme.

En réaction à cela, en Italie, on retrouve le mouvement Memphis dans les années 80.

Il déstabilisa d’emblée les codes du modernisme en introduisant des couleurs vives, des motifs et des formes nouvelles.

Je ne saurais trancher et savoir qu’elle est mon point de vu sur le sujet. L’important c’est d’avoir le choix. Parfois il m’arrive de vouloir l’essentiel et l’épuration mais parfois je veux de la fantaisie et de l’humour. Il m’est impossible de dire si je crois au plus ou au moins. Je pense que je crois d’avantage à l'équilibre juste.