B

Ê

T

I

1

2

3

Fig.1

Théodore Géricault, Le Derby d’Epsom, 1821, huile sur toile, 92 x 123 cm, musée du Louvre, Paris.

 

Fig.2

Philippe Starck, Juicy Salif, 1987, alluminium, 14 x 29 cm, distribution 1990 Alessi.

 

Fig.3

Giovanni di Paolo, Salomé demande à Hérode la tête de Saint Jean-Baptiste, 1455, The Art Institute of Chicago, États-Unis.

 

 

S

E

B

Il me semble être plus attirée par un objet imparfait ou une représentation imparfaite.

Mais alors la bêtise serait-elle le secret de la réussite ?

En effet devant une image ou un objet je suis à la recherche d’une maladresse.

Une image :

Le Derby d’Epsom, de Théodore Géricault.

Cette œuvre retient mon attention par le contraste qui réside dans la grande minutie du tableau et l’aspect complètement irréaliste du mouvement des chevaux.

D'ailleurs ce n’est que plus tard, à la fin des années 1870, et grâce à la chronophotographie, qu’il a été découvert que les chevaux n’ont jamais les quatre jambes tendues.

Un objet  :

le presse agrumes de Philippe Starck.

Il est réputé pour être difficile à utiliser sans que le jus ne coule partout. On reconnaît alors que l’erreur vient de la forme de l’objet.

Tout de fois l’objet a été conçu pour répondre à un besoin.

 

 

 

 

 

 

 

Le designer aurait-il donc privilégié la forme à la fonction ?

Face à ces deux cas de figure je me demande alors, est ce que l’erreur est volontaire ou involontaire ?

L’erreur peut venir d’un manque de connaissances. Dans sa recherche de représentation du réel, l’homme s’est retrouvé confronté à une difficulté : représenter de façon réaliste le monde par une image, c'est-à-dire, de révéler sur une surface plane, la profondeur, les mouvements, les émotions ou les textures. Il a alors tenté de façon intuitive de les représenter sans en appliquer toujours. Cependant l’erreur elle peut aussi être délibérée. Elle peut être choisie par un souci d’esthétique, pour questionner ou pour amuser.

L’imperfection c’est aussi se rapprocher de l’intime et du concret. L’erreur offre la possibilité de sortir des règles et des conventions. C’est comme une excroissance de liberté.