Ce deuxième travail de corpus m'a permis d'approcher ma production et mes réflexions à un autre niveau. J'ai pu aller plus en profondeur dans mes idées, découvrir les sens cachés de quelques mots que je ne connaissais pas et qui ont pu créer des liens entre certaines notions.

  J'ai remarqué une continuité avec mon travail du premier mémoire, comme un prolongement du premier exercice vu sous un angle différent, avec pour seul point commun la discussion autour de mes intérêts. C'est assez troublant de se retrouver à la place de l'artiste étudié. Un point de vue plus difficile puisqu'il est pour moi plus délicat de mettre des mots sur ce qui me touche et me pousse à créer. Parler de ce que je fais est quelque chose que j'évite au quotidien, le fait de m'exposer à la critique est, pour ma part, un exercice ardu. La question de monstration de mes travaux reste un frein : peur d'être jugée, de décevoir les autres et moi-même, de ne pas être à la hauteur. Des travaux tel que l'écriture du corpus m'oblige à m'ouvrir à la discussion sur moi et ma production et me prépare ainsi aux contraintes de ma vie future.

  C'est aussi un moyen efficace pour comprendre ce qui m'anime et les voies que je préfère suivre. Je travaillais surtout au dessin d'observation puis une chose en entraînant une autre j'ai commencé à diversifier mes techniques. Aujourd'hui encore je n'ai pas de support de prédilection mais pour l'instant mes préférences sont tournées vers des médiums plus brut, les matières et textures tels que la peinture ou la sculpture. Contrairement à d'autres j'ai tendance à prendre les sujets chacun à leur manière, c'est à dire de ne pas avoir un style défini mais de m'adapter pour chaque projet. Je ne suis donc pas reconnaissable, lorsque l'on regarde mes dessins, peintures, ou autre production ça ne saute pas aux yeux qu'ils viennent tous d'une seule et même personne. Cependant j'essaye d'en faire une force, de ne pas rester cantonnée un à un seul style de dessin quand plusieurs m'intéresse et continuer à toujours plus varier les techniques, ce qui me motive à évoluer et trouver le domaine qui me correspond le mieux.

  Conclusion de cette seconde étape de corpus plutôt positive. Ce pas restera une base pour l'année prochaine qui me permettra d'affiner encore un peu plus ma critique de moi-même et de mon travail.