C'est un mouvement, un concept social qui a pour objet l'émancipation de la femme, l'extension de ses droits en vue d'égaliser son statut avec celui de l'homme. C'est une idéologie très importante pour moi et qui devrait l'être pour chaque femme, ce qui n'est malheureusement pas le cas. De nos jours la cause féministe se répand de plus en plus mais les inégalités ancrées dans les esprits de chacun persistent. C'est un mot important et encore aujourd'hui trop mal compris presque perçu comme une insulte. Il m'est déjà arrivé d'avoir à défendre mes convictions  et d'entendre les termes « féministes enragée » du simple fait d'avoir osé donner mon opinion et refusé de me plier aux normes sociales de la femme. Tous les jours je m'étonne de voir que le sexisme ordinaire perdure dans des milieux connotés « ouvert d'esprit ». C'est ainsi que dans une école d'art telle que l'ESAL on peut côtoyer des personnes tolérantes envers tous aux côtés d'hypocrites aux pensées archaïques prêt à juger et insulter une femme à la moindre action non conforme à l'image qu'ils se sont faite d'une femme dite « convenable ».

C'est une notion que je n'ai pas l'habitude d'inclure dans ma production mais qui reste un intérêt fondamental. La plupart de mes références travaillent sur le sujet et prennent part à la diffusion de la démystification des idées reçues à propos des termes féminisme et égalité. La graveuse Sophie Degano décide, par exemple, de donner plus de visibilité aux femmes qui ont marqué l'histoire. A travers sa série de portraits intitulée « Grâce à elles » on peut voir des femmes telles que Marie Sophie Germain, Elisa Lemonnier ou encore Angèle Vannier sortir de l'oubli et reconsidérer les actions féminines dans une Histoire beaucoup trop masculine.