25/02/17
Il est bientôt 20h, le train roule et roule, le paysage défile comme ces panneaux publicitaire que l’on trouve près des feus rouge. Je traverse la france en ne voyant que ce décors qui cours et les corbeaux qui tournent autours tant ces corps qui défilent sous mes yeux. Ces cormorans un peu plus chaque jours.
Je fume la moitié d’un mégots à chaque arrêts, je reviens a ma place l’odeur de tabac imprégné. Quelques bonjours, échanges de politesses. Faut rester poli quand on est en public. Des films qui mon touché dernièrement : « Le grand soir » et « À bout de souffle » ?/02/17 Ca serais sympa d’me dire à quoi tu penses.
Ca serais sympas d’me dire pourquoi tu danses.
Ca serais sympas d’me dire c’est quoi toute cet insolence.
Ca serais sympas d’me dire ce qui te rend si rance. ?/02/17
« On lui a mis la tête sur une brique que même la brique elle a eu mal » Renaud, Deuxième génération grâce a cette musique j’ai crée un personnage qui va me servir dans une bd prochaine. 1/03/17
10h20 dans le train
Je reviens du lycée Varoquaux à Nancy, ou j’interviens au Apres de terminal, option lourde art plastique. Je les aide à construire leur projets du Bac d’art plastique. J’angoisse un peu d’y aller d’autant plus que c’est la première fois que j’interviens. Je n’est que 3 ans de 3ans de cursus scolaire en plus d’eux. J’ai peur de pas être la hauteurs de ne pas répondre à leur demande, ou d’être un peu dépassé par les événement et de m’effacer petit a petit. 16h40 dans le train.
Me voici de retour après ma première intervention, ça c’est bien passer, je n’est pas vue les 2 heure passé ?/03/17 « Il était là debout dehors dans le silence laissé par la pluie, léché par le vent dans le grondement du courant,alors que sortait la brume comme dégueulée par l’amant. Levant le menton vers le ciel sans étoiles il se dit que la lune y a bien longtemps qu’un enculé l’a décrochée. »
Extrait de Joseph sous la pluie de Mano Solo
Roman que je lis ces temps ci. 08/03/17
Il pleut sur Epinal
Il pleut sur le train
Il pleuvra encore sur Nancy
Il pleut comme trop souvent Aujourd’hui je me rend a nouveau a Nancy pour intervenir au sein du « …petit laboratoire » Un jour de plus dans le rôle d’un adulte.
Un jour de plus à s’confronter aux temps qui coule.
Dans cette école de l’angoisse
Je suis pourtant encore qu’un gosse qui saute dans les flaques
Mais dans les vitrines on ne voix que le reflet d’un grand imbécile tout mouillé. 11/03/17 Ma dernière interventions au Apres du lycée de Nancy viens de ce finir. Au final a chaque fois que j’y suis allé, les heure d’intervention passer de plus en plus vite.
Je crois que de plus en plus j’aime partager mon savoir, mes connaissances. J’ai déjà commencer à m’initier dans cette transmission avec la colonie en tant qu’animateur, mais j’interviens aussi dans une école primaire dans le cadre des ATE.
Je me rend compte grâces a ces plusieurs expériences que je pourrais dans un futur laisser une place en l’enseignement, au partage social. qui pourrais d’avantage m’enrichir dan mon propre travail. De plus, je critique l’éducation de nos jours, les moyens très pauvre qu’on consacre a notre avenir qui passe par l’éducation. Aujourd’hui on forme les citoyen de demain, si l’éducation pêche, sa se ressentira plus tard. Je pense qu’il est facile de critiquer quand on fait rien, c’est hypocrite.
Si on veux faire bouger les choses, il faut commencer par les faire soi-même. je m’intéresse aussi de plus en plus, aux personnes en situation d’handicap. mes parents tout deux éducateur spécialisé mon donner ce goût social. J’était amener dans le cadre de la colo, ou encore du petit laboratoire a travailler avec de jeunes autistes. Ce qui ma passionnée.
Je n’est aucune idée concrète comment je vais liée ça avec mon travail pus tard, mais ce qui est sur c’est que les choses évoluent et mes pensée aussi et me dirige vers des direction dont je n’aurais jamais soupçonné. 14/03/17
après le concert de Renaud de la veille Combien de temps va tu encore tenir ton micro ?
Combien de temps tu va encore crier tous ces maux ?
Continue d’écrire, plus sur cet milice
sinon se serait le font de la misère.
En tout cas nous on sera là
on te remplacera pas
mais allumera le feu de tes cendre
en agitant le seul drapeau que ta pu blairé
le drapeau noir le drapeau de pirate dont tu sera la tête de mort
Férié sera pas loin, avec les amis de Georges.
Gardez moi une place quand je casserais ma pipe
on s’retrouvera le temps d’un verre au bistrot préféré. 17/03/17 Missionaire
mystérieux Mistinguette
Miss Vosges Missouri
Mississippi
Mission impossible
Misanthrope
Missa
tissa
tu as
il a
nous avons le cœurs dans nos mains, le torse détroussé, la tête qui embrasse les reins,
les pieds décapité.
misère misère que puis je faire ?
Hélas il ne me reste plus qu’a me traîné.
comme Charles 19/03/17
Je prend peux de temps pour écrire pour le journal d’exploration. Ces temps ci j’ai du mal mis remettre. Je fait 36 000 choses en même temps.
Alors mon cerveau est plongé dans le projet d’édition, j’entreprend un roman graphique, une histoire fictive dans un monde imaginaire, ou je m’inspire du japon féodal, et des samouraïs qui ces temps ci on pas mal suscité mon attention.
Durant le projet mélimélo j’ai pris du temps pour comprendre ce qu’était un samouraï. puis part la suite j’ai continuer mais recherche en passant pas des films tel : « Les 7 samouraïs », « Harakiri »,
« Goyokin, l'or du Shogun », « Le sabre du mal ». ce qui ma bien inspiré, puis plus contemporain j’ai lu le premier tome « Le samouraï bambou » de Taiyou Matsumoto et Issei Eifuku, et aussie de la série « Samourai Jack » de Genndy Tartakovsky.
Bref tout ça pour dire que j’aimerais y consacré tout mon temps a enrichir ce thème qui m’intrigue et me suscite beaucoup d’envie.
Hélas ce n’est pas possible, il y a les autre projets que nous propose l’école, qui sont aussi très intéressant, qui me permettent d’enrichir d’autre médiums. Mais j’ai du mal en faire trop de choses en même temps, je perd rapidement ma concentration, puis petit a petit mon envie.
Personnellement j’aimerais pouvoir être cash a fond sur un projet, ou je peux y donner toute ma personne, et moins vacillé entre les différentes disciplines et donné un peu de moi même par ci par là. Après tout ça est assez paradoxale, car j’ai plein d’envie, pleins de projets et je ne pourrais être que dans un seul projet. l’école m’y entraine bien alors.
De plus des projet de l’école j’ai pas mal de projet annexes, qui me nourrissent, m’intéressent, me font évoluer.
Il y a eu le projet du « Petit laboratoire » ( je vais mettre un résumé ), je doit aussi continuer à penser et a développer le projet Tomelo le duo de sérigraphie dont j’ai déjà parler dans le journal.
Je fait aussi des expo en même temps, hier par exemple mes travaux été exposé à un événement dans un bar à Nîmes. J’ai pu y vendre deux travaux, c’est plutôt sympas, ça me fait prendre d’avantage confiance en moi ça me valorise, ce sont de bon moteurs crée de l’ambition qui est a sont tour un moteur pour moi, qui m’incite a travailler,a développer, a faire évoluer ce que je fait, et pas a rester stagnant. ( ce qui m’arrive souvent)
Un ami c’est occuper d’accrocher mes travaux, et de les vendre. Lui il est dans la communication, ça lui a plus de faire ça, je pense que plus tard nos envies vont être amené a ce rencontré.
Je pense qu’a plusieurs tout peux devenir possible, il faut rester réaliste mais en s’alliant, avec de l’ambition et la persévérance les choses peuvent arrivé. ?/03/17
Un texte dans mon carnet La vie c’est étrange, on apparait comme ça un jour. On sais pas trop comment.
A peine l’temps d’ouvrir les yeux, qu’on nous dit déjà quoi faire. Il faut être polie, il faut sourire, ne pas ramasser la terre, c’est sale. Range ta chambre, va au lit.
Plus tard c’est toujours la même choses. On doit rester polie, on doit travailler.
Conduire une voiture, faire gaffe à pas railler la « BM »
Et moi j’me dit soit polie, ne crie pas, reste là, gentiment, le temps que ton tour vienne.
La vie c’est quand même étrange.
Et pis c’est quoi la vie ?
C’est quoi ce mot ? Trois malheureuse lettres cimenté les une aux autres.
C’est quand même étrange ce mot « V.I.E » Lundi 1 Mai 14h06
Dans ma chambre, sur mon bureau à Epinal, le bruit et les paroles de Brigitte Fontaine résonne dans cette chambre froide.
Je reviens sur mon bureau, ça fait presque trois semaine que je l’ai quitté.
J’avoue il ma manqué, ce bureau c’est mon lieux de création, mon lieux avec tout mes outils, mon lieux ou mes idées prennent formes.
En attendant ces vacances n’ont pas été veine ! Je suis retournée chez moi dans le sud, dans ma maison à coté de Nîmes, dans le garage de cette maison, un atelier de sérigraphie. Dans cette atelier fait maison, dans ma maison ou les piments rouge sont accroché sur un mur blanc, dans cette atelier maison j’ai mis formes a deux sérigraphies. La première, avec monsieur Sacha qui est venu expérimenté l’atelier, la seconde je les faite seule mais de l’aide de mon père et de Julie fut bien utile ! merci a eux. Cette dernière sérigraphie a été imprimé sans encombre, ça ma fait plaisir de réaliser une sérigraphie nickel dans ce petit atelier ou les problème sont quotidiens. Pendant ces vacances prés des cigales qui n’était pas encore sortit, j’ai pu mettre en exposition mon travaille, une petite expo dans un petit bar Rock’n’roll dans la ville de Nimes. L’exposition de passa bien, des échos positif sont venu a mon oreille. Puis en rentrant sur Epinal,, a peine arrivé je suis repartit a Caen, au Festival Annulé, un festival participatif, nous avons passé trois jours a « la demeuré ».